Méthodologie de l'analyse des dossiers de l'épargne 

Partagez-moi !

Introduction

Chaque contrat d’assurance vie présent dans ce banc d’essai se voit assigner une catégorie :

  • Contrat internet
  • Contrat classique (jusqu’à 15 000 € de versement initial)
  • Contrat haut de gamme (entre 15 et 100 000 €)
  • Contrat gestion de fortune (au delà de 100 000 €)
  • Contrats à annuités variables

C’est au sein de l’ensemble des contrats de leur catégorie respective que les contrats multisupport sont ensuite évalués, notés, et éventuellement distingués par nos experts. Les contrats monosupport, du fait de leur nombre de plus en plus restreint sont, eux, évalués en dehors de toute notion de catégorie.

Les contrats dont la note globale (moyenne pondérée des notes intermédiaires décrites ci-dessous) figure en tête de leur catégorie se voient attribuer le Label d’excellence de notre rédaction.

Remarque : Ce comparatif recense exclusivement des contrats en cours de commercialisation. Il a été réalisé en fonction des informations (conditions générales, annexes financières, documentations commerciales) en notre possession lors de son édition. Depuis, les caractéristiques des contrats sont susceptibles d’avoir évolué. Les différents contrats d’assurance vie du marché sont l’objet d’évolutions, d’améliorations et d’innovations régulières. Notre méthode de notation s’appuyant principalement sur la comparaison des caractéristiques d’un contrat par rapport à celle de l’ensemble des contrats de son marché, les contrats d’assurances vie dont les caractéristiques ne sont pas améliorées d’une année sur l’autre courent le risque de se voir mécaniquement attribuer des notes inférieures à celles de l’année précédente.

Frais du contrat

Nous simulons l’impact global des frais du contrat sur l’épargne en compte d’un assuré, en calculant le manque à gagner généré par l’application des frais propres aux contrats par rapport à un placement théorique sans aucun frais. Chaque assurance vie est positionnée par rapport aux offres concurrentes de sa catégorie sur ce critère des frais de fonctionnement propres aux contrats (éventuels frais de dossiers, frais sur versements, frais de gestion du contrat). Les données utilisées dans ce test correspondent aux maximums contractuels tels qu’indiqués dans les conditions générales à notre disposition.

Compartiments EUROS / EUROS diversifiés :

Simulation d’impact des frais sur 15 ans pour un versement brut donné auquel nous appliquons un rendement brut théorique de 4% et les frais propres au contrat

Compartiments UC / Internes diversifiés :

Simulation d’impact des frais sur 15 ans pour un versement brut donné auquel nous appliquons un rendement brut théorique de 7 % et les frais propres au contrat

 

Méthodologie de calcul de l’impact des frais

Ces simulations permettent de prendre en compte l’importance relative des différents postes de frais des contrats sur une échelle de temps longue. Le coefficient de pondération de la note Frais dans la note globale du contrat est de 4.

Arbitrages (multisupport uniquement)

Il s’agit de simuler le coût annuel du poste Arbitrages pour différents profils d’épargnants représentatifs (des petits consommateurs d’arbitrages, réalisant en moyenne 1 arbitrage par an d’un montant de 1 500 €, aux gros voire très gros consommateurs réalisant plus d’une dizaine d’arbitrages pour des montants dépassant les 10 000 €). Chaque contrat est ainsi positionné par rapport aux offres concurrentes de sa catégorie sur ces différents profils.

Sont pris en compte dans nos simulations les frais d’arbitrage exprimés en pourcentage des montants transférés, les frais forfaitaires, les éventuels planchers et plafonds de perception de frais, ainsi que les arbitrages gratuits proposés par un nombre toujours plus important de contrats. Les données utilisées dans ce test correspondent aux maximums contractuels tels qu’indiqués dans les conditions générales à notre disposition.

La note issue de ces simulations est ensuite pondérée selon l’existence ou non de restriction d’arbitrages en sortie du fonds en euros pénalisante pour l’épargnant. Le coefficient de pondération de la note Arbitrages dans la note globale du contrat est de 3 pour les contrats internet, haut de gamme et gestion de fortune et de 2 pour les contrats classiques.

Avances / Rachats / Rachats Partiels Programmés

Un bon contrat d’assurance vie se doit de proposer le plus de souplesse possible aux épargnants, notamment dans les possibilités qui leur sont offertes de disposer de leur épargne à leur guise.

Avances

Nous notons la possibilité pour l’assuré de demander une avance, ainsi que la souplesse du régime des avances. Sont pris en compte les maximums d’avance possibles (en général exprimées en pourcentage des sommes en compte), les minimums ainsi que les éventuelles restrictions pouvant être appliquées. Les conditions d’avances de chaque contrat sont ainsi comparées à celles de l’ensemble des contrats de sa propre catégorie.

Rachat total

Il ne doit pas entraîner de pénalités.

Rachats partiels

Il s’agit de comparer la souplesse du régime des rachats partiels de chaque contrat par rapport aux contrats de sa catégorie. Sont pris en compte les minimums, maximums et soldes à laisser en compte à la suite d’un rachat partiel.

Rachats partiels programmés (RPP)

C’est une option présente dans la très grande majorité des contrats du marché et nous la considérons comme indispensable. Sont comparées aux conditions des contrats de la catégorie l’épargne minimum pour la mise en place de RPP, le coût éventuel de cette mise en place ainsi que le coût éventuellement facturé lors de chaque rachat.

Le coefficient de pondération de la note Avance / Rachats / Rachats Partiels Programmés dans la note globale du contrat est de 2.

Fonds en euros

Nous positionnons chaque contrat par rapport au marché sur trois critères distincts :

  • La performance de l’année passée (en l’occurrence 2013)
  • Une performance capitalisée sur 3 ans
  • Une performance capitalisée sur 5 ans

La prise en compte d’anciennes performances, même si elles sont plus faiblement pondérées que les performances récentes dans la note globale, pénalise logiquement les nouveaux contrats, qui n’ont pas d’historique de taux. En contrepartie, cela nous permet de sanctionner les politiques de taux d’appel sur des contrats sans provision mathématique.

Les performances capitalisées sont calculées selon la formule suivante :

  

À noter : certains contrats offrent à leurs assurés des rendements nets fonction des sommes en compte (plus l’investissement sur UC est important, meilleur est le rendement). Dans ces quelques cas, nous réalisons nos simulations sur la base des rendements minimums et maximums.

Le coefficient de pondération de la note Fonds en euros dans la note globale du contrat est de 7 pour les contrats monosupports, de 6 pour les contrats classiques, et de 5 pour les contrats internet, haut de gamme et gestion de fortune.

Options de prévoyance (multisupport uniquement)

Nos attentes en termes d’options de prévoyance diffèrent légèrement selon la catégorie du contrat. En effet, chaque segment de marché dispose de ses propres garanties « principales » (cf tableau ci-dessous). Nous considérons qu’un assuré doit retrouver au moins un représentant de ces garanties dans les différentes options de prévoyance offertes par le contrat (de préférence inclus dans les frais de gestion du contrat), ce qui assurera à ce dernier la moitié de sa note. Sont également récompensés les assureurs qui innovent ou proposent d’autres types de garanties de qualité.

Fréquences d’apparition des principales garanties de prévoyance par catégorie de contrats

Nom de
la garantie

Contrats Internet

Contrats
Classiques

Contrats haut de gamme

Contrat Gestion
de fortune

Plancher

87 %

78 %

83 %

74 %

Plancher indexé

31 %

21 %

43 %

24 %

Cliquet

0 %

13 %

29 %

21 %

Majoré

2 %

16 %

37 %

32 %

Le coefficient de pondération de la note Option de prévoyance dans la note globale du contrat est de 1.

Volet UC (multisupport uniquement)

Il s’agit de noter la possibilité offerte à l’assuré d’accéder dans les meilleurs délais à la prise en compte (valorisation) de ses choix d’investissement (ou de désinvestissement), sur la gamme de supports la plus large, la plus variée et de la meilleure qualité possible.                                            

Sept notions sont ici prises en compte :

  • Les dates de valeur (ou dates d’effet) telles que décrites dans les conditions générales du produit
  • Le nombre d’UC accessibles
  • La répartition de ces UC au sein des catégories AMF
  • Les notes Morningstar des différentes UC connues
  • Le caractère multigestionnaire de la gamme de supports
  • La présence de titres vifs pour les contrats haut de gamme et gestion de fortune
  • La présence de supports immobiliers (SCPI, SCI et OPCI)

Chaque contrat se voit attribuer une note pour chacun de ces six ou sept critères, selon le positionnement relatif de ses caractéristiques propres par rapport à celles de l’ensemble des contrats répertoriés au sein de sa catégorie (internet, classique, haut de gamme ou gestion de fortune). La note «Volet UC» publiée dans ce comparatif est en fait la moyenne des six ou sept. Pour chacun des contrats d’assurance vie multisupport étudiés, la liste des UC sur laquelle est fondée notre analyse est celle figurant dans les dernières annexes financières à notre disposition. Au sein de cette liste, nous ne considérons que les UC notées par la société d’évaluation de fonds Morningstar. Le coefficient de pondération de la note dans la note globale du contrat est de 4 pour les contrats classiques, et de 6 pour les contrats internet, haut de gamme et gestion de fortune.

Modes et Options de gestion (multisupport uniquement)

Comme pour les options de prévoyance, nous considérons que chaque catégorie de contrats dispose de ses propres modes et options « principaux ». Ce sont celles qu’on retrouve le plus fréquemment (cf tableau ci-dessous). Un épargnant doit retrouver au moins un représentant de ces principaux services financiers dans les différentes modes et options d’arbitrage automatique offertes par le contrat, ce qui assurera à ce dernier la moitié de sa note. Les assureurs proposant d’autres types de modes et d’options d’arbitrage automatique sont également récompensés.

A noter : Pour chacun des contrats étudiés, nous prenons en compte non seulement l’étendue des options proposées mais aussi si elles sont ou pas facturées.

Fréquences d’apparition des modes et options de gestion les plus représentées au sein des contrats selon la catégorie dans laquelle ils sont étudiés

 

Nom dU MODE

Contrats Internet

Contrats Classiques

Contrats haut de gamme

Contrat Gestion
de fortune

Gestion libre

97 %

98 %

99 %

98 %

Gestion profilée

13 %

27 %

5 %

2 %

Gestion à horizon

8 %

14 %

3 %

0 %

Gestion sous mandat

36 %

24 %

61 %

73 %

Gestion conseillée

4%

4%

7%

9%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOM DES OPTIONS

Contrats Internet

Contrats Classiques

Contrats haut de gamme

Contrat Gestion
de fortune

Sécurisation

des plus-values

84 %

59 %

42 %

46 %

Dynamisation

des plus-values

43 %

41 %

27 %

39 %

Investissement progressif

67 %

49 %

50 %

56 %

Rééquilibrage

automatique

39 %

28 %

22 %

12 %

Limitation de la

moins-value

49 %

26 %

16 %

22 %

Limitation de la

moins-value relative

42 %

32 %

23 %

20 %

Le coefficient de pondération de la note modes et options de gestion dans la note globale du contrat est de 3.

Méthodologie - Annuités Variables

Il existe plusieurs types de contrats à annuités variables en France  :

  • GLWB (Guaranteed lifelong withdrawal benefits = garantie de rachat minimum à vie)
  • GMWB (Guaranteed minimum withdrawal benefits = garantie de rachat minimum)
  • GMAB ( Guaranteed minimum accumulation benefits = garantie de capital en cas de vie)

La majorité des contrats distribués sont dits « GLWB ». C’est cette catégorie de contrats que nous avons choisi d’évaluer au sein de notre banc d’essai.

Les contrats dont la note globale (moyenne pondérée des notes intermédiaires décrites ci-dessous) figure en tête se voient attribuer le Label d’excellence de notre rédaction. 

Accessibilité de l'offre

Limite d’âge : nous estimons que l’accessibilité au contrat doit être la plus étendue possible. Plus les limites d’âges sont élevées plus les notes obtenues sont importantes.

Co-souscription et versement complémentaire : des points sont attribués si ces modalités sont proposées au sein du contrat.

L’absence de différé lors du déclenchement de la garantie : nous récompensons les contrats qui n’imposent pas de durée d’adhésion avant de pouvoir déclencher l’option « Revenu garanti ».

Le rachat total : le maximum des points est accordé lorsqu’aucune pénalité n’est associée au rachat.

Le coefficient de pondération de la note « Accessibilité » est de 1

Frais du contrat

Nous simulons l’impact global des frais du contrat sur l’épargne en compte d’un assuré, en calculant le manque à gagner généré par l’application des frais propres aux contrats par rapport à un placement théorique sans aucun frais. Chaque contrat à annuités variables est positionnée par rapport aux offres concurrentes sur ce critère des frais de fonctionnement propres aux contrats (éventuels frais de dossiers, frais sur versements, le coût de la garantie, frais de gestion sur UC uniquement). Les données utilisées dans ce test correspondent aux maximums contractuels tels qu’indiqués dans les conditions générales à notre disposition.

Compartiments UC / Internes diversifiés :

Simulation d’impact des frais sur 5 ans pour un versement brut donné auquel nous appliquons un rendement brut théorique de 7 % et les frais propres au contrat

Méthodologie de calcul de l’impact des frais

Les simulations sur l’impact de frais sont le reflet de ces deux situations, un marché en situation de hausse suivant deux âges de déclenchement de la garantie (60 et 65 ans)

Tout d’abord, la première simulation porte sur un déclenchement  de la garantie à 60 ans :

Un homme souscrivant un contrat à annuités variable à l'âge de 55 ans. Il décide de déclencher sa garantie à l'âge de 60 ans. Il effectue un versement unique de 100 000 € sur un profil équilibré avec un rendement brut théorique sur les UC de 7%, la durée du placement est égal à 5 ans.

La 2e simulation porte sur un déclenchement de la garantie à 65 ans :

Un homme souscrivant un contrat à annuités variable à l'âge de 60 ans. Il décide de déclencher sa garantie à l'âge de 65 ans. Il effectue un versement unique de 100 000 € sur un profil équilibré avec un rendement brut théorique sur les UC de 7%, la durée du placement est égal à 5 ans.

Ces simulations permettent de prendre en compte l’importance relative des différents postes de frais des contrats sur une échelle de temps déterminé. Le coefficient de pondération de la note frais est de 4

Phase d'accumulation

C’est la phase pendant laquelle le montant versé sur le contrat capitalise avant le déclenchement de la garantie. Nous récompensons les contrats qui prévoient une revalorisation annuelle de l’épargne, la possibilité pour l’assuré de changer l’âge de déclenchement de la garantie et enfin si une garantie plancher est accessible en cas de décès.

Le coefficient de pondération sur le critère « Phase d’accumulation » est de 2.

Offre d'investissement

Il s’agit de noter la possibilité offerte à l’assuré d’accéder dans les meilleurs délais à la prise en compte (valorisation) de ses choix d’investissement (ou de désinvestissement), sur la gamme de supports la plus large, la  qualité des supports et les options de gestion.

Quatre notions sont prises en compte :

  • Les dates de valeur (ou dates d’effet) telles que décrites dans les conditions générales du produit
  • Le nombre d’UC accessibles
  • Les notes Morningstar des différentes UC connues.
  • La présence d’une gestion profilée ou de l’option investissement progressif

Le coefficient de pondération de la note offre d’investissement est de 3.

Phase de distribution

Chaque contrat à annuités variables est positionné par rapport aux offres concurrentes sur ce critère. Sont pris en compte l’âge de déclenchement de la garantie (l’âge minimum et l’âge maximum) et le taux du revenu garanti à 60 et 65 ans.

Les taux de revenu proposés sont ensuite positionnés sur une échelle de 0 à 5. Les taux de revenu les plus élevés obtenant 5 points et les moins importants 0.

Le coefficient de pondération sur la note  Phase de distribution  est de 6. 

Partagez-moi !