Assurance-vie : fonctionnement et fiscalité de l’assurance-vie 

Partagez-moi !

Placement Assurance-vie

Principe de l’assurance-vie

L’assurance vie est un produit d’épargne par lequel l’assureur ou la banque s’engage à verser au client à la fin du contrat en plus de son capital d’origine, les intérêts produits par son versement.

En cas de décès avant la fin du contrat, celui-ci est transmis à des personnes désignées ou « bénéficiaires » (enfants, concubin, par exemple) que le client aura indiqué lors de la souscription.

Les différents supports d’investissement sur l’assurance-vie

Les sommes sont investies principalement en produits assez sûrs comme les emprunts d'État, voire parfois sur certaines actions assez stables.

Dans ce cas, l’assureur garantit l’investissement de départ. A la fin du contrat, l’épargnant retrouve son capital investit, auquel s’ajoutent les intérêts des obligations, les dividendes et les plus-values des actions.

 

 

  • Les unités de compte :

Cela s’adresse à tous les profils, du sécuritaire au plus dynamique. L’épargne est investit sur des placements financiers risqués, comme des actions, des OPCVM, des fonds immobiliers…ou sur des produits plus sécuritaires comme les obligations.
Le cours de ces investissements varie, à la hausse, comme à la baisse. Ces contrats ne procurent pas de revenus garantis. L’épargne investit, évolue grâce notamment aux plus-values éventuelles réalisées, mais l’épargne peut perdre de la valeur si les marchés actions, par exemple, reculent.

La fiscalité de l’assurance-vie

Lorsque le client souscrit à un placement assurance vie,  deux solutions se posent à lui au niveau de la fiscalité.

Ainsi, il effectue son choix le plus favorable entre :

-          Intégrer ces gains dans son impôt sur le revenu.

-          Opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire.

Partagez-moi !